Les sirènes du Mississippi

Toujours inspiré par Truffaut…

Que l’on vive dans les vicissitudes
Ou vissé à ses certitudes
A son messie, à ses études,
On tombe un jour de lassitude.

Qu’on vive dans la nécessité,
Ou tout en-haut de la cité,
Accroché à sa cécité,
On tombe un jour d’la société.

Et l’on entend se dissiper
Les sirènes du Mississippi.

Que l’on soit au Mississippi.
Mister ou bien misses hippie,
Bien retranché dans son tipie,
On va tous tomber en charpies.

Que l’on soit un nécessiteux
Miteux ou un brin vaniteux,
On est peu d’chose, on est si peu
Qu’un jour on retombe piteux.

Et l’on entend se dissiper
Les sirènes du Mississippi.

Peu importent nos turpitudes,
Nos angoisses nos habitudes,
Quelles que soient nos latitudes,
On compte sur la mansuétude…

Et l’on entend se dissiper
Les sirènes du Mississippi.

Voris Bian 23 février 2012

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
Cette entrée a été publiée dans Mes créations musicales et poétiques. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire