L’enfant Quasimodo

I

Qui met au monde
Cette face immonde ?

Cette nature laide,
Il faut qu’on l’aide.

« Oui , nous l’aiderons.
Ce laideron !  »

Dirent trois bonnes femmes,
Trois reines mages
Trouvant dommage
Qu’on l’affame.

II

Venu bossu et contrefait,
Tel est hélas le triste fait.

Physique ingrat,
Mais ventre gras.

Nous l’allaitons
Ce vilain thon.

Quand elles faisaient la couche du moche,
« Il ne sera pas la mouche du coche »
Disaient-elles, mais sonneur de cloches ! »

III

Il a grandi, toujours hideux.
Les femmes ne sont plus que deux.

Puis ne reste que Marie-Hélène
Pour aimer sa face vilaine.

ceux qui te disent « tu es laid ! »,
Moi je prie les saints : « Tuez-les ! »

Mon très chérubin disgracieux,
Je vais t’emporter dans les cieux.
C’est ainsi que l’on vit deux âmes
Monter au Ciel à Notre-Dame.

Voris Bian 15 décembre 2011

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
Cette entrée a été publiée dans Mes créations musicales et poétiques. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire