Le père Wresinski sur France 3

Mardi 18 octobre, France 3 diffusait un téléfilm mettant en scène le Père Joseph Wresinski. Moins connu que l’abbé Pierre, c’est pourtant lui qui fonda ATD Quart monde et qui fut à l’origine de la création du RMI. Jacques Weber qui l’incarnait, tandis que son fils Stanley Weber, lui, apparaît en ce moment dans la série Borgia sur Canal Plus. Et on ne peut que constater le contraste frappant entre les intrigues des évêques du Vatican de l’époque (et leur mille et un vices…) et le courage, l’abnégation du Père Joseph Wresinski, simple membre du clergé.

Le téléfilm intitulé « Joseph l’insoumis« fut suivi d’un débat où l’on retrouva Anouk Grinberg, jolie mère courage de la fiction. La plupart des autres personnages étaient des non professionnels, de simples gens en situation de grande précarité qui furent épatants de vérité. Ils jouaient comme des pro. L’un des personnages incarnés à l’écran, Francine de La Gorce, est décédée le 7 septembre dernier à l’âge de 78 ans. Elle avait été la première à rejoindre définitivement le Père Joseph Wresinski en avril 1960 au Camp de Noisy-le-Grand. Elle a été la première secrétaire du père Joseph de 1960 à 1967.

Martin Hirsch, le père du RSA, était aussi présent sur le plateau télé. Il corrigea un point évoqué : si  le Père Joseph militait pour la création de droits en lieu et place de la charité, la charité demeure plus que jamais nécessaire et d’ailleurs, selon Hirsch, rien ne s’est vraiment amélioré sur le terrain de la pauvreté, sauf le revenu minimum, la couverture sociale et le droit au logement.

La pauvreté extrême n’a pas disparu et même revient. Le site ATD Quart Monde reprend sur ce point un article de Sylvie Goulard, députée européenne, (MoDem) paru dans le quotidien « La Croix » du mardi 4 octobre 2011. Elle s’exprime au nom de l’intergroupe Extrême pauvreté et droits de l’homme – Comité Quart Monde.

La Journée du refus de la misère a été lancée en France en 1987 par le Père Joseph Wresinski. Elle est devenue mondiale après sa reconnaissance par l’ONU en 1992. Le Père Wresinski est mort en 1988 mais l’association qu’il a fondée en 1957 perpétue son œuvre et sa pensée. L’association, « ATD Quart Monde » (ATD signifiant « aide à toutes détresses »), bien que créée par un prêtre, est un mouvement non confessionnel. L’appellation signifie depuis 2009 « Agir Tous pour la Dignité ». L’acquisition de la dignité par la reconnaissance de droits était en effet le fer de lance du père Joseph Wresinski.

Le téléfilm relatait l’épisode où le Père Wresinski fut envoyé par son évêque à Noisy-le-Grand dans la banlieue de Paris, au milieu d’un camp de tentes et de baraquements établi par Emmaüs pour les sans logis, suite à l’appel de l’Abbé Pierre en 1954. Là, à une époque où la terminologie banalisait le phénomène, parlant de « pauvreté relative », il prit conscience qu’il avait affaire à une misère collective et parla de « peuple de la misère ». Comme il cherchait un nom collectif pour rendre compte dans l’opinion publique de la détresse mais aussi de la dignité et du courage au quotidien de ces personnes très démunies, il tomba par hasard sur un livre datant de 1789 (une réédition de 1967) intitulé « Cahiers du quatrième Ordre, celui des pauvres Journaliers, des Infirmes, des Indigents, etc. » A la lecture de cet ouvrage révolutionnaire, le père Wresinski comprit que l’exclusion par la misère était une violation des droits de l’homme. Par analogie avec le terme « Tiers Monde qu’Alfred Sauvy avait inventé en 1952 et en référence au titre de l’ouvrage de 1789, il créa alors le mot Quart-monde.

Par ce mot de « Quart-monde », Joseph Wresinski a voulu montrer que les plus pauvres ne sont pas considérés comme des citoyens à part entière. C’est même peut-être pire, dira-t-il plus tard devant la Commission des Droits de l’Homme de l’ONU, parce qu’ils n’ont pas les moyens d’assumer leurs droits. Le mot « sous-prolétariat » a pu aussi être utilisé pour distinguer cette population de celle du prolétariat qui a acquis des droits. Le Quart-monde est la fraction de la population d’un pays riche vivant sous le seuil de pauvreté. Lorsque plus tard vint le mot «  exclusion », on entendit de moins en moins parler de Quart-monde. Mais, l’association continue d’en porter le nom à la mémoire de son fondateur.

ATD Quart Monde a contribué à l’élaboration de deux rapports par le Conseil économique et social. L’un, en 1987, inspira le RMI, l’autre en 1995 a servi de base à la rédaction de la loi d’orientation relative à la lutte contre les exclusions de 1998. Celle-ci vise à « rendre effectifs les droits fondamentaux fondés sur l’égale dignité de chacun ».

Site d’ATD-Quart-Monde

 

 

http://www.programme-tv.net/videos/vu-a-la-tv/1658-joseph-l-insoumis-bande-annonce/
Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
Cette entrée a été publiée dans Social, Société. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire