Haïkus bretons (2)

Je ne m’alimente plus des lointains et des rythmes d’ailleurs.

Mais qui me franchit aujourd’hui s’ensauvagera.

***

Sur ma brebis galeuse de chemin, c’est encore le plus aveugle qui va droit.

***

Heureusement qu’il y a ton rire comme un diamant du temps. La douceur de tes mots délectables.

***

Tu es la fleur des fleurs. Tu souris chaud.
Mon sourire te répond infiniment.

***

Laboureur d’éclairs , j’ai voulu naviguer trop grand. J’ai voulu vivre le monde à pleine allure. J’ai bu aux robinets de sa splendeur.

Toute la page : Paul Cosquer 9 août 2011

 

 

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
Cette entrée a été publiée dans Mes créations musicales et poétiques. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire