Femmes en colère au pays des vieilles charrues

Vous vous souvenez sans doute des manifestations de Carhaix pour garder sa maternité ? C’était en 2008. Cette petite ville du Finistère est aussi connue pour son célèbre Festival des vieilles charrues. Mais Carhaix est décidément une cité de caractère. La capitale du Poher vit, en effet, t se lever en masse des paysans lors de la Révolte des Bonnets rouges en 1675. C’est d’ailleurs aux habitants de cette région que l’on doit le nom de ce mouvement qui embrasa une partie de la Bretagne : les révoltés du Pays Bigouden prirent le bonnet bleu comme signe de ralliement, ceux du Poher le bonnet rouge.

La lutte des Carhaisiens pour leur hôpital est l’objet d’un tournage de film de femmes. Le titre ? « Bowling ». Cela ne sonne pas breton et certains cinéphiles amateurs des frères Coen songeront peut-être au Big Lebowski, film dans lequel trois compères se retrouvent régulièrement autour d’un bowling. Mais c’était une histoire d’hommes. Ici, ce sera une histoire de femmes avant tout.

La réalisatrice de Bowling est elle-même une femme : Marie-Castille Mention-Schaar.Pour incarner les principaux protagonistes de cette fiction locale, la réalisatrice s’est entourée de  Catherine Frot (Un air de famille et césar du meilleure second rôle féminin, La dilettante, Mon petit doigt m’a dit…) et de Mathilde Seigner (Betty Fisher et autres histoires, Mariages, Harry, un ami qui vous veut du bien…), la première dans le rôle de la directrice des ressources humaines de l’hôpital, la deuxième comme sage-femme porte drapeau. Outre les porte-drapeaux, la réalisatrice voudrait aussi retrouver le joueur de biniou qui menait les manifs pour lui demander de jouer son propre rôle

La production du film Bowling a reçu en mai un avis défavorable du comité de lecture du Fonds d’aide à la création cinématographique et audiovisuelle de la région Bretagne. La commission permanente du Conseil régional, composée de conseillers régionaux, doit délibérer en choisissant parmi les projets de films qui lui sont proposés et valider, ou non, la décision du comité de lecture. Si l’aide est accordée, elle est plafonnée à 150 000 €.

En attendant, les actrices s’entraînent au bowling !

LIEN : interview de la réalisatrice par le journal local Le Télégramme

A titre d’information sur le cinéma local : Les conventions entre les collectivités et le Centre national du cinéma et de l’image animée (CNC) ont mobilisé 86 millions d’euros en 2010. Présenté au festival de Cannes, le bilan du CNC consacre un chapitre aux relations avec les collectivités territoriales, dont la mise en place remonte à 1989. site du CNC

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
Cette entrée a été publiée dans Non classé. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire