Veni, vidi, vichy

Je suis le nouveau Néron
Je mets le feu aux Roms !

« veni, vidi, vichy »
Je pisse sur les Droits de l’Homme.

Quand on fout le feu à ta tire,
Moi, comme Néron je joue d’la lyre.

« veni, vidi, vichy »
L’addition sera pour ta pomme.

**

Je suis l’auvergnat de Neuilly
Fils de banquier de Neuilly.

« veni, vidi, vichy »,
Je suis le roi de la com’.

Sur ma barque, je pagaye
Dans le sens que je veux.

Il n’existe aucune pagaille.
Il suffit de dire « je le veux ».

**

Je fous le feu à la France
Et la neige en Ille-de-France.

« veni, vidi, vichy »,
Pagaille, famille, patrie.

Je protège les beaux quartiers
Et pour les pauvres pas de quartiers.

Parole de Hortefeux :
Elle passera pas la racaille.

**

Déjà deux fois condamné,
Je m’en tire les doigts dans l’nez.

« veni, vidi, vichy »
Je pisse au cul d’la justice.

On m’appelle l’albinos
Avec moi tu l’as dans l’os.

Fils de riche et ami des riches,
Je suis l’albinos qui triche.

**

L’identité nationale,
C’est « Travail, famille, parti ».

Au service du maréchal
De l’UMP de Sarkozy.

Pas grave si tu pètes un câble :
Tu sais moi aussi j’en pète un !

J’me défoulerai sur les arabes
Et vive Philippe Pétain !

Voris Bian

L’empoté auvergnat s’invente des racines en Auvergne. Lui, le fils de banquier de Neuilly, est rempoté depuis longtemps dans les jardinières de Neuilly avec ses amis les banquiers. L’Auvergne, il s’en fout. C’est juste pour sa com’.

Il veut peut-être se faire passer pour un glorieux Arverne, descendant de Vercingétorix ! Mais la triste réputation qu’il fait à notre pays au plan international va très vite lui faire ravaler ses prétentions.

L’Auvergne, c’est son petit pied-à-terre. Mais sa terre de prédilection, sa seule terre d’élection, c’est Neuilly et le CAC40. S’il déterre la hache de guerre, ce n’est pas contre les voyous (d’ailleurs on voit comme il en soutient certains…) mais contre la populace qui ne vote pas pour son saint patron : monsieur Pognon (ou Sarkozy, c’est synonyme).

Comme il n’a pas inventé la poudre,
il est contraint d’utiliser la foudre. Et bien sûr, il cogne, il espionne, il triche, il manipule les chiffres et les informations.

L’empoté auvergnat, je te jure
Il déterre pas Excalibur !

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
Cette entrée a été publiée dans chansons - slams - humour poli politique. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire