Woerth, comme un cerf aux abois

« Ils me lapident », dit-il,
Désignant comme ses Talibans.
Les adversaires du président.
Mais lui fait quoi ? Il dilapide !

Voilà qu’il se prend pour le cerf,
Et par ce geste s’ennoblit.
Faut pas qu’il croie que l’on oublie
Pour qui il roule et qui il sert.

A présent qu’il risque la cour,
Il se croit à la chasse à courre.
Pourtant, s’il est à la cour,
C’est pour servir les Bettencourt.

La cour de la République,
Sert comme son nom l’indique
Les intérêts de la Nation.
Elle ne fait pas de lapidation.

Voris (dernière version 10 h 37)

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
Cette entrée a été publiée dans chansons - slams - humour poli politique. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Woerth, comme un cerf aux abois

  1. oblomov dit :

    On n’a pas trop envie de plaisanter au sujet des lapidations en ce moment..
    La chasse à courre ?
    Il n y a pas de sot métier, mais il faut aimer les animaux…
    http://www.oblomov.fr/?p=1134

Laisser un commentaire