Mon amant d’Ankara

Mon amant d’Ankara
Cache une pierre de cent carats
Qui brille de mille éclats bruts.
Dans un sac de toile de jute.

Et dans la ville d’Ankara.
Mon amant, que moi j’aime, rôde
Il cache aussi une émeraude
Qui vaut dans les deux cent carats.

Pourtant lorsque mon âme est triste,
C’est dans ses yeux améthystes
Que je me plonge, amoureuse.
Ce sont mes deux pierres précieuses.

Car voyez la seule pierre que j’aime,
Bien plus que la pierre de gemme,
C’est mon amant. Plus qu’un saphir,
Il sait tout à moi me suffire.

Mon amant d’Ankara
Cache une pierre de cent carats
Qui brille de mille éclats bruts.
Dans un sac de toile de jute.

Voris Bian 30 janvier 2012 (refait le même jour)

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
Cette entrée a été publiée dans Mes créations musicales et poétiques. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire