L’éducation au bonheur

Je sais qu’un tel titre va surprendre. Mais je l’assume. Ceci sera d’abord un billet avant de devenir un article que je proposerai sur Agoravox. L’éducation est au centre de toutes les attentions et de toutes les critiques. Chacun a sa propre conception. La dernière idée dans l’air, c’est l’uniforme pour tous les élèves. Personnellement, je trouve que cette idée n’est qu’un pis-aller qui témoigne de l’échec de l’école. En effet, l’école devrait évaluer les aptitudes au bonheur de chaque enfant et l’aider à les développer. Si cette mission était menée à bien, il y aurait peu d’enfants  malheureux d’être privés de marques et les frimeurs en seraient pour leurs frais.

Plus généralement, le bonheur est absent des salles de classes. Quand on peut éviter l’exclusion et la violence, on est déjà satisfait. Pourtant, le bonheur est une valeur et, bien plus, une aptitude. Certains acquièrent cette aptitude par une longue expérience et deviennent heureux à…60 ans…70 ans. C’est trop long! Le bonheur devrait s’acquérir bien avant. Et l’école doit y aider.

Le droit au bonheur est rarement reconnu de façon officielle. La constitution des Etats-Unis parle néanmoins de droit pour chacun à poursuivre son bonheur, le Bouthan mesure officiellement le niveau de bonheur du pays comme pour le PIB. Les régimes totalitaires prétendent savoir ce qu’est le bonheur et l’imposent par la force. La société occidentale en exploite l’idée à des fins exclusivement mercantiles. Enfin certains croient pouvoir à eux tous seul réenchanter le monde. Je n’ai pas cette prétention et je me contenterai d’évoquer l’éducation au bonheur. De plus, le bonheur ne me semble pas être un droit dispensé d’en-haut, c’est aussi le résultat d’un effort personnel. On n’a rien sans rien. Mais chacun mérite d’être aidé dans sa quête de bonheur.

Dispenser des savoirs est une chose, aider à l’épanouissement de l’individu dans la société en est une autre. Nous constatons que le minimum n’est plus satisfait quand la vie même n’est plus respectée : taux de suicide chez les enfants, viols, tortures, montée des IVG… Or, qu’est-ce que le bonheur sinon le respect de la vie ? La route de l’éducation au bonheur est longue donc mais je crois néanmoins qu’elle mérite d’être creusée. Comme je l’ai dit d’entrée, je m’efforcerai de donner plus de consistance à ce billet pour en faire un article. En attendant, « bonheur à tous ! »

 

 

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
Cette entrée a été publiée dans Société. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire