Caïn en Norvège

A belle allure, Abel allait
Autrefois sans être inquiété.
Il tirait de la laine et du lait
De ses bêtes, il était berger.
Mais…

Cahin-caha, Caïn l’aîné,
Le meurtri meurtrier,

Le tua d’une chiquenaude
Et s’enfuit au Pays de Nod.
Pour une offrande que dieu dédaigne,
Tu finis à l’est d’Eden.

Cahin-caha, Caïn l’aîné,
Le meurtri meurtrier,

Marchait sur la tombe de son frère.
« Au sud ou au nord, vais-je ? »,
Se dit-il puis il va en Norvège
Pour massacrer d’autres frères.

Cahin-caha, Caïn l’aîné,
Le meurtri meurtrier,

A quitté sa terre d’exil
Pour perpétrer sur une île
Une tuerie à plus grande échelle
Que le meurtre de son frère Abel.

Cahin-caha, Caïn l’aîné,
Le meurtri meurtrier,

Va pas sur les réseaux sociaux,
Cette moderne tour de Babel,
Il fait partie des asociaux
Qui ne cessent de tuer Abel.

Voris Bian 25 juillet 2011

 

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
Cette entrée a été publiée dans Mes créations musicales et poétiques. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire