Nicolas du Fouquet’s, le sourd entendant des finances

Nicolas du Fouquet’s
N’en faisait qu’à sa tête
Et avec ses seigneurs
Agissait en saigneur.

Disait qu’il entendait
Mais ne tenait pas compte.
Mais ce sourd s’entendait
A merveille dans les comptes.

Et avec les puissants
Dans son Vaux-le -Vicomte.
Fourbe et concupiscent,
Il racontait des contes

A son peuple dévot
Qu’il prenait pour des veaux.
Lui faisant des promesses,
Il lui disait la messe.

Ministre des finances,
Puis chef sur la police.
Avec grande malice,
Très tôt cette éminence

S’empara du royaume
Et avec quelques hommes
Prit l’entière possession
Des biens de la nation.

Il bâtit sa fortune,
Et sur notre infortune.
Accumula richesses
Avec sa duchesse.

Nicolas du Fouquet’s
Donna de grandes fêtes.
Et puis chemin faisant
Flattait les courtisans

Pour à Vaux-le -Vicomte
S’installer à son compte.
Et mener la dolce vita
Avec sa Carlita.

Nicolas du Fouquet’s
N’en faisait qu’à sa tête.
Aimait tout ce qui luit
Et ne pensait qu’à lui

Trompant le tout-Paris
Mais un jour tout à coup
Le peuple prit Paris
Et lui trancha le cou.

Voris Bian

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
Cette entrée a été publiée dans chansons - slams - humour poli politique. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire