Le printemps noir du Japon

I

Après la fuite radioactive,
Il a fallu que tous s’activent.
On franchit un nouveau pallier.
Perle a repris le collier.
Et l’expression que Perle arbore
Evoque la peur de Pearl Harbor.

Perle mène une vie très dure
Qu’elle sacrifie pour des ordures.
Perle, la vie est trop belle
Pour qu’on la jette à la poubelle.
Perle, tu vas finir comme les déchets
C’est pas la vie que tu cherchais.

II

Après le deuxième incendie,
On appelle Sébastien, Sandy.
Demain c’est Fanny qui s’y colle
On lui a appris à l’école,
A tout donner pour la patrie.
Travail – Fanny – patrie.

Il y a aussi Edgar, Eva,
Qui travaillent pour Areva.
Et qu’on traite avec moins d’égards.
Que les déchets que l’on égare.
Edgar, Eva sont dans l’aérogare.
Prêts à mourir sans un regard.

III

Aux savants on ne peut se fier.
Aux petits  de se sacrifier.
Déjà le souvenir d’Edgar
S’évapore de port en gare.
Le visage brûlé d’Eva
Est oublié chez Areva.

Ces jeunes enfants sur un atoll,
Les bébés, le vieil Anatole.
Peu importent hélas les âges,
Tous emportés par le nuage.
Fukushima et Tchernobyl.
Et demain où ? Dans notre ville ?

Voris Bian 13 avril 2011

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
Cette entrée a été publiée dans chansons - slams - humour poli politique, Mes créations musicales et poétiques. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire