Projet no 1 : redistribuer les cartes

Alors que les Arabes font le grand ménage chez eux et qu’ils redistribuent les cartes du pouvoir et de l’accès aux richesses, en France, la distribution s’opère d’une bien étrange manière. Le FN et l’UMP se disputent l’auge du populisme le plus abject et le plus stupide. Ils se poussent du groin. Mais c’est encore le FN qui remporte le Cochon d’or et arbore un groin bien gras tandis que l’autre devra se contenter d’un gros nez de clown. Il faut dire que l’UMP n’est plus crédible sur les questions empruntées au Front : comment faire un débat sérieux sur la laïcité républicaine après avoir vanté le concept de « laïcité positive » du pape et avoir fait campagne pour le fond de commerce du Vatican ? Comment aborder sereinement la question de l’Islam après avoir parlé de croisade ?

Donc, c’est encore le Groin national qui gagne…

Mais la redistribution des cartes a peut-être commencé…Le jeu a été retiré des mains de l’UMPS. Il est – momentanément, je l’espère – entre des mains peu recommandables mais on est loin de 2012 et si, au final, l’UMPS en sort affaibli et la démocratie renforcée, on ne s’en plaindra pas. Je veux dire : si les électeurs se déploient sur des offres politiques plus diverses dont le MoDem de François Bayrou. A ce dernier de convaincre évidemment.

Nous sommes aujourd’hui confrontés à un double adversaire : l’UMPS (système de confiscation de places) et l’UMP-FN (système de captation des suffrages des mécontents). Un travail patient de crédibilité doit permettre d’affaiblir ces deux fronts.

De façon générale, redistribuer les cartes passe aussi par l’introduction d’une dose de scrutin à la proportionnelle dans les scrutins majoritaires afin de mieux représenter l’électorat qui sans cela continuera de s’abstenir, faute de représentation.

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
Cette entrée a été publiée dans Non classé. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire