Très chère énergie

Alors que des centaines de milliers de Français sont en grande précarité énergétique, les Verts ne proposent rien de mieux que de sortir du nucléaire, ce qui aurait pour effet de renchérir de manière spectaculaire les coûts de l’énergie.

Un précarité énergétique grandissante

Après l’amélioration du tarif social de l’électricité, à la fin 2010, et en même temps que se mettait en place l’Observatoire national de la précarité énergétique (Machin chargé de collecter des information et de faire des beaux camemberts et diaporamas, pas de trouver des solutions), Eric Besson annonçait l’augmentation de 20% du rabais social sur les tarifs du gaz, destiné aux ménages les plus modestes. Soit un rabais supplémentaire de 24 euros annuels. C’est trop peu !

De plus, seuls 300.000 foyers bénéficient aujourd’hui du tarif social du gaz, soit moins de 40% des ménages remplissant les conditions d’attribution. Rappelons qu’en réalité 800.000 ménages y ont droit puisque leurs ressources mensuelles n’excédent pas 634,23 euros, soit l’équivalent du plafond d’accès à la couverture maladie universelle complémentaire (CMU-C).

Eric Besson souhaite donc « que l’attribution de ce tarif social soit désormais automatique, sur la base des fichiers dont disposent les organismes sociaux ». Seulement, cette annonce a déjà été faite à plusieurs reprises. Elle intervient encore une fois à un moment d’annonce d’une hausse du prix du gaz (de 5% à compter du 1er avril) pour faire passer la pilule.

Besson a dit « souhaiter », marquant une certaine impuissance puisque un ministre « décide » et ne se contente pas de « souhaiter ». Il est vrai que nous sommes sur un terrain contractuel : les contrats d’approvisionnement de gaz à long terme . Ce n’est pas très malin de la part des gouvernements  d’avoir indexé le prix sur celui du pétrole (provoquant la hausse pour le consommateur alors que les prix du gaz sont en recul sur le marché mondial). Besson a également annoncé une « prime à la casse des chaudières anciennes », pouvant aller jusqu’à 250 euros. Mais non seulement c’est peu mais c’est aussi une mesure économique pour relancer le secteur des plombiers chauffagistes comme si social devait toujours être lié à l’économique, la solidarité contrainte à être rentable.

La proposition extrémiste des Verts

Les Verts veulent que la France abandonne le nucléaire. Yves Cochet n’apporte comme solution alternative que la réduction de moitié de notre consommation et la mise en place progressive (en 25 ans !) de solutions écologiques. Comment notre pays pourrait-il restreindre dans une proportion aussi importante sa consommation d’énergie qui ne fait que croître ? C’est évidemment impossible ! En plus, ce qui est rare est cher : l’énergie rarifiée atteindrait des prix fabuleux, encore renforcés pas les modes de productions coûteux comme le photovoltaïque. Puisque les Verts en pourraient recourir aux modes de production traditionnels comme les centrales à gaz ou au charbon qui polluent et produisent notamment du CO2.

On le voit, les Verts en sont pas en capacité d’élaborer un programme sérieux pour les Présidentielles, même dans leur domaine de prédilection.

Voir aussi  l’intervieww de  Christian Ngô sur Le Point.fr : Que se passe-t-il si l’on ferme les centrales nucléaires en France demain ?

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
Cette entrée a été publiée dans Social, Société. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Très chère énergie

  1. Mamouchka dit :

    Tant pis, je vais redire ce que j’ai déjà eu l’occasion d’expliquer sur un autre blog …
    Pour avoir de l’énergie verte en volume et en efficacité de rendement à pas cher (!) il devient urgent de revenir à une pratique qui a fait ses preuves : la planification et le lancement de projets de recherches et de développements.
    La planification française a connu ses heures de gloire.
    Il serait bon de réactiver le processus. Tout n’est pas perdu, puisque perdure encore l’administration nécessaire à la mise en place des contrats Etat-Région. Par contre, la volonté de faire et l’esprit d’initiative pour forger un avenir selon des voeux bien précis a disparu au début des années 90.

    Pour faire oeuvre commémorative :
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Planification_en_France

    Mamouchka.

Laisser un commentaire