Le FN déclare ouverte la chasse aux handicapés

Le Front national prétend répondre aux aspirations sociales du peuple. Mais son programme n’est pas en conformité avec ce discours trompeur. Plutôt que des mots, voyons les faits. Comparons les programmes. Cet article reprend intégralement le texte figurant sur le site du FN. Puis le commente et enfin lui oppose la proposition du Mouvement Démocrate. J’ai pris ici l’exemple de la politique sociale concernant les personnes handicapées.

Pour ne pas être soupçonné de manipulation, voici in extenso le programme du FN en matière de handicap. Je ferai mes commentaires ensuite.

Front national / Solidarité (lien)

Objectif

Le Front National se propose de mettre en place une politique de solidarité nationale d’envergure, qui visera à prendre en compte les besoins depuis la naissance jusqu’à la fin de vie, et veillera à rétablir le principe de préférence nationale.

I. Le handicap

Évaluer les besoins réels des handicapés en France afin d’avoir une expression exacte des investissements à engager (aujourd’hui personne n’est en mesure de fournir des données exactes sur ce thème).

Définir clairement les contours du handicap et le différencier clairement des autres maladies (cela implique des enjeux très importants en termes d’allocations et de droits accordés).

– Faire face au manque évident de centres d’accueil pour les enfants polyhandicapés : créer des centres dans chaque région ou aider au maintien à domicile avec l’aide d’une tierce personne pour ceux qui le souhaitent.

– Favoriser l’accès à l’école pour les enfants handicapés en mesure de suivre des cours, en exerçant un contrôle sur les modalités d’acceptation ou de refus de ces enfants en milieu scolaire (on évalue à 18 000 le nombre d’enfants handicapés non scolarisés en 2006).

– Construire des établissements régionaux d’éducation adaptée (EREA)

Coût estimé à 0,15 milliard d’euros

– Prévoir un programme de formation spécifique pour les enseignants et les auxiliaires de vie scolaire. Organiser une meilleure insertion des enfants handicapés dans le cadre des activités parascolaires (activités culturelles ou sportives).

– Veiller à l’application et à la mise en oeuvre de la loi handicap du 11 février 2005 dans le monde de l’entreprise.

– Revoir la loi concernant les personnes âgées souffrant d’un handicap : à partir de 60 ans, un handicapé n’est plus considéré comme tel mais est déclaré « personne âgée dépendante » ; il y a donc très peu de centres appropriés et les personnes âgées handicapées peuvent très bien se retrouver en maison de retraite, au même titre que des patients atteints d’Alzheimer, alors qu’elles nécessitent des soins particuliers.

– Développer les Établissements et Services d’aide par le travail (ESAT) qui permettent un suivi individuel des jeunes travailleurs handicapés.

– Développer le transport à la demande pour les personnes handicapés (notamment celles en fauteuil roulant), ainsi que l’accessibilité aux différentes infrastructures publiques et privées (accès aux distributeurs automatiques de billets par exemple).

Mes commentaires

On trouve quelques bonnes idées mais pour la plupart déjà en cours. Ce qui doit être relevé, c’est que le principe de préférence nationale apparaît en préambule et qu’il devient le critère principal au détriment même de celui de l’évaluation du handicap. Le programme du FN parle d’évaluer les « besoins réels », sous-entendant clairement que ce n’est pas le cas actuellement. Peut-être le FN pense-t-il que les allocations sont attribuées au vu de besoins imaginaires ? Et, effectivement, le FN veut redessiner les contours du handicap de façon restrictive et revoir à la baisse les prestations (« Définir clairement les contours du handicap et le différencier clairement des autres maladies (cela implique des enjeux très importants en termes d’allocations et de droits accordés »). En effet, faire de nombreux handicapés de simples malades revient à leur supprimer l’allocation pour adulte handicapé et à leur priver des droits connexes liés à ce staut. Et par « enjeux très importants en termes d’allocations et de droits accordés », on comprend que le but est de faire des économies massives en réduisant de nombreux droits et prestations.

Lorsque le FN parle de « contrôle sur les modalités d’acceptation ou de refus de ces enfants en milieu scolaire », on peut imaginer que c’est encore le critère de priorité nationale qu’il a en tête.

Les critères de nationalité ou de résidence en France existent déjà dans les dispositifs d’invalidité ou d’aides aux handicapés. Aller plus loin serait de la discrimination et serait bafouer nos accords européens ou internationaux. Les marges de manœuvre ne sont pas grandes et surtout ce n’est pas le principal souci pour les handicapés et les familles de handicapés.

La politique en faveur des personnes handicapées pose encore quelques problèmes. De réels problèmes. La condition de nationalité ne fait pas partie des problèmes urgents à traiter. Ce qui val mal et tous les professionnels e savent, c’est le fonctionnement de la MDPH (maisons départementales du handicap). Le FN ne propose rien mais le MoDem, lui, si. Il propose que les MDPH aient « leurs moyens renforcés et leur pérennité mieux assurée. Elles doivent disposer de personnels spécialisés et non pas seulement de fonctionnaires détachés temporairement d’autres administrations. » Cette proposition est réaliste quand on sait que ce sont le problèmes d’effectifs et de transfert de personnels de l’Etat qui font blocage.

Pour ce qui concerne les handicapés âgés cités par le programme du FN, voici ce que veut le MoDem : « la compensation du handicap doit être personnalisée, adaptée aux besoins de chaque personne handicapée, quel que soit son âge. Il ne doit plus y avoir de discontinuité liée au franchissement du seuil d’âge comme c’est le cas aujourd’hui.

Autres propositions du Mouvement Démocrate :

  • se donner les moyens de l’accès des enfants handicapés à « l’école ordinaire » et à l’école adaptée à leurs besoins ;
  • créer un prêt à taux zéro spécifiquement destiné à la mise en accessibilité des logements des personnes handicapées et à leur accession à la propriété ;
  • donner plus de poids à des commissions d’accessibilité rénovées, qui auront été élargis aux experts et aux usagers autre que handicapés ;
  • intégrer des normes pour la construction de logements de “Haute Qualité d’Usage” qui seraient utiles aux personnes âgées et pas seulement aux handicapés ;
  • diffuser les bonnes pratiques en matière d’emploi pour démontrer que les handicapés au travail permettent d’améliorer les conditions de travail pour tous.

(source : le projet humaniste du MoDem)

On le voit, l’accessibilité est au coeur des propositions du MoDem. C’est un aspect de la loi Handicap de 2005 qui demande à être pris en compte plus rapidement.

Le programme du FN est non seulement moins concret mais il est idéologique et veut réduire les moyens financiers au prétexte de donner la priorité aux nationaux

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
Cette entrée a été publiée dans Social. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire