Nous avons commencé la révolution…

Nous avons commencé la révolution mais vous ne le savez pas encore.

Nous avons commencé la révolution et cela se voit à peine. J’en perçois chaque jour les signes. Et, plus étonnant encore : c’est Sarkozy qui en est l’artisan. Je vous explique.

Stéphane Hessel et son mot d’ordre « indignez-vous ! » n’est que le révélateur de ce qui se trame dans ce pays. En effet, l’indignation jadis tapageuse, violente mais furtive, prend désormais une forme bien plus ancrée, plus profonde, plus durable aussi dans l ‘esprit des citoyens, créant les ferments de la future révolution. Certains observateurs commencent à le faire remarquer : ce qui était toléré hier, subi, devient aujourd’hui inadmissible : les ministres profiteurs de la République « irréprochable » par exemple.

Celui qui renforce à son corps défendant les facteurs de la révolution, c’est Sarkozy lui-même par son arrogante satisfaction, sa certitude inébranlable que rien ne peut se produire de renversant (« maintenant quand les gens font grève, on ne s’en aperçoit plus »). Les médias, les sondages, les people, les dirigeants, lui renvoient une image rassurante des choses et il est donc à peu près certain qu’il n’aura pas le temps de voir venir…

« Sarkozy, dégage ! Ou donne des gages »

Il y a des points communs avec la Tunisie, l’Egypte et d’autres pays arabes : l’esprit de fermeture, l’esprit clanique, l’abus de propagande et de mensonge, les tactiques douteuses (bouc-émissaires, répression aveugle…). Comme dans ces pays, il y a de la part du pouvoir un refus d’ouverture à tout ce qui participe de l’espoir démocratique, un rejet total de la modernité, un aveuglement et un mépris du peuple et de ses nouvelles aspirations.

Dieu sait pourtant que Sarkozy a été averti maintes fois sous la forme d’un message disant en substance « dégage ! ou donne des gages »… Mais, non seulement, il n’a donné aucune garantie de changement réel et de promesse tenue, mais en plus ça le fait rire !  Je vois dans le maintien à leurs postes de Woerth hier et de MAM aujourd’hui la cristallisation de cette attitude stupide et les premiers déclencheurs de la révolte qui arrive…

Le conflit d’intérêts permanent

Les gens du pouvoir peuvent commettre les pires exactions et les abus les plus criants, ils se soutiennent et font bloc contre le peuple et même contre la justice ! Mais cela ne se voit que trop et fait monter doucement – mais sûrement – la vapeur de la révolte dans une marmite qui, lorsque le couvercle sautera, expédiera ad patres le roi Ubu et toute sa clique. Le minage est quotidien, la réaction ne se fait pas encore. C’est tout le problème avec la vapeur…

Et donc demain lorsque les blés seront mûrs, nous prendrons d’assaut la citadelle. Cela ne préviendra pas. Ce sera sans doute – et heureusement – moins violent que dans les pays arabes, parce que nous en sommes au niveau 2 de la révolution « Révolution.2 » comme on dirait dans le langage branché. Le programme du MoDem, avec sa conception des institutions, (VIème république ou pas) constitue un modèle crédible de substitution au logiciel dépassé de l’UMP. Il ne sera jamais plus pertinent, plus actuel que lorsque la révolution aura éclaté et qu’il sera besoin de construire une alternative sérieuse et prometteuse.

La liberté, nous ne la demanderons pas, nous la prendrons !

La justice, nous ne la mendierons pas, nous la ferons !

Quant à moi, je reprendrai du service sur Internet  à l’approche de la campagne 2012. Toujours à l’aise sur la toile, je compte bien être partout et faire lever la vague.

Vive la République !

Vive la France !

Vive la Révolution !

Paul Cosquer, alias « Taverne des Poètes »

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
Cette entrée a été publiée dans Société. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Nous avons commencé la révolution…

  1. Mamouchka dit :

    Révisez vos citations latines !
    « Ex patres » n’existe pas ! Par contre, je connais « ad patres » …
    Pour le fond de l’article, je confirme la grogne sourde et montante. Dans divers secteurs (magistrature pour le plus visible) les gens s’organisent et se prennent en main. Je crois que les manifestations au sujet de la réforme des retraites a constitué un « tour de chauffe », idem pour le blocage des raffineries.

    Mamouchka.

Laisser un commentaire