Le preneur d’otages de Besançon

Cette chanson est inspirée d’un fait divers très récent qui s’est déroulé dans une école maternelle de Besançon. Elle s’inscrit dans un projet d’album consacré à la région Franche-Comté. Un album sur le Limousin étant paru lundi (voir plus bas sur ce blog). Pas de morale à cette histoire, juste une interrogation.

I

C’était pas un malfrat du Jura,
Pas un gros dur du Doubs,
Pas un gros dur du tout.
Seulement un matin il jura,

De se supprimer et, avant,
De prendre en otages des enfants.
Il voulait se sauter le caisson
Dans une école à Besançon.

Il voulait pas voir ses vingt ans,
Mourir avant c’est mieux.
On est de moins en moins sérieux
Quand on a dix-sept ans…

II

Il jouait pas les lions de Belfort.
Il perçait pas les coffres-forts.
Il agressait pas les personnes
Dans les villes de la Haute-Saône.

Seulement ce jeune bisontin
Se mit en tête un matin
De menacer avec deux sabres
Une école dans un jeu macabre.

Il voulait pas voir ses vingt ans,
Mourir avant c’est mieux.
On est de moins en moins sérieux
Quand on a dix-sept ans…

III

Ce n’était pas un plaisantin,
Pas un plaisantin du Doubs
Pas un plaisantin du tout,
Seulement un jour il en vint

A vouloir faire un coup d’éclat.
C’était pourtant pas un malfrat,
Pas un gros dur du Doubs,
Pas un gros dur du tout.

Il voulait pas voir ses vingt ans,
Mourir avant c’est mieux.
On est de moins en moins sérieux
Quand on a dix-sept ans…

S’était-il pris pour Rambo ?
Avait-il lu Rimbaud ?

Voris Bian

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
Cette entrée a été publiée dans chansons - slams - humour poli politique. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire