Quand on a que Cantona

En attendant mon album de 5 chansons humoristico-romantiques qui devrait sortir aujourd’hui (je mettrai le lien), voici une courte improvisation sur Cantona :

Quand on a que Cantona

Quand il faut se cantonner à ce qu’on a
Quand on a plus que Cantona
Pour espérer dompter les banques,
On passe vraiment pour des branques.

On dirait qu’aujourd’hui c’est révolutionnaire
De se vouer aux frasques d’un millionnaire
Ou de bloguer sur Internet
Ou de jouer les sauveurs d’la planète.

Ils doivent bien rire ceux de quatre-vingt-neuf
Devant ces Sans-culottes de pacotilles
Pas plus dangereux qu’une fille
Dans leurs habits de rebelles tout neufs.

Quant tonna la Révolution
Y’avait pas d’Eric Cantona.
Chaque camp entonna
Un air féroce : « vive la Nation ! »

Quand il faut se cantonner à ce qu’on a
Quand on a plus que Cantona,
C’est qu’il faut éteindre la télévision
Pour voir enfin ce qu’on a…

Voris Bian.

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
Cette entrée a été publiée dans chansons - slams - humour poli politique. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire