Ferrat, Ferré, Ferrer

Ferrat, Ferré, Ferrer

I

Georges, Jacques et Léo,
C’est avec insolence.
Qu’ils faisaient leurs chansons. Dans les bas et les hauts,
Ils niquaient pas la France.

Ferrat, Ferré, Ferrer
Etaient contestataires
Mais niquaient pas leur père, mais niquaient pas leur mère.
C’n’étaient pas des gangsters !

Refrain :

Ferrat, Ferré, Ferrer
Sur le périph’ errèrent
Parfois pour de bons airs

Ferrat, Ferré, Ferrer
S’lon leurs thuriféraires,
Il faudrait les refaire.

II

Brassens, Brel et Béart,
Ont gratté leur guitare
Ils grattaient pas l’vinyle comme ces DJ idiots,
Ces Guetta du ghetto.

Gainsbourg, Piaf et Trénet
Crachaient pas à la face
De la France d’en-face et même quand ils traînaient
Ils niquaient pas ta race.

Refrain :

Ferrat, Ferré, Ferrer
Quelquefois s’enferrèrent
Mais chantaient de bons airs

Ferrat, Ferré, Ferrer
S’lon leurs thuriféraires,
Il faudrait les refaire.

III

Reggiani, Moustaki, Régine,
Pas français d’origine,
Pourtant ils scandaient pas « les Français, c’est pas nous ! »
Ni « les femmes, à genoux ! »

Bobby, Maxime et Barbara,
Brel, Brassens et Ferrat
Frappaient pas les pompiers comme de la caillera.
Sur la police ils tiraient pas.

Refrain :

Ferrat, Ferré, Ferrer
Quelquefois s’enferrèrent
Mais chantaient de bons airs

Ferrat, Ferré, Ferrer
S’lon leurs thuriféraires,
Il faudrait les refaire.

Cette chanson-là, ce n’est pas du Raphaël…;-)

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
Cette entrée a été publiée dans chansons - slams - humour poli politique. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire