Le geolier amoureux

Pour cette chanson, il faudra faire karaoké. Car voici les paroles et la musique séparément. Si vous vous sentez l’envie de voir ce que cela donne, écoutez cette musique de Franky go (« droit de vivre »). Il faut commencer après l’introduction, donc vers la 38ème seconde (pour être exact, c’est surtout la première partie qui colle au texte, le musicien fait quelques improvisations pour les couplets suivants).  J’ai composé le texte sur la musique, suivant les inflexions du saxophone. Cela sert d’avoir plusieurs cordes à son arc…

I

Lorsque je te vois de mon chemin de ronde,
Ta fine silhouette, ta jolie tête blonde.
Je te vois venir dans ma direction.
Tu déchaînes en moi le feu de la passion.

Si tes yeux m’inondent
Que le ciel ait pitié de moi !
Dans tes eaux profondes
Attention, je me noie.

Je manque de courage
Quand dans tes prunelles, je me perds.
J’ai presque l’âge
D’être ton père.

refrain :

Là-haut dans mon mirador,
J’attends la relève. Quelquefois je m’endors.
Petite fille, ma prisonnière
Sur mon coeur tu règnes, tu en es la geolière.

II

Lorsque je te vois marcher dans la cour
Passer près de moi dans la lumière du jour,
Je me sens vraiment un petit monsieur.
Je ne peux pas te regarder dans les yeux.

Et je ne sais quoi
Faire de mes mains ni de mes bras.
Je souffre l’enfer
Et tu ne le sais pas.

Je vois ton visage
Et tout mon courage tombe à terre.
Je ne suis q’un
Pauvre ver de terre.

refrain no 2 :

Là-haut dans mon mirador,
J’attends la relève. Quelquefois je m’endors.
Petite fille aux cheveux d’aurore,
Je rêve que toi et moi on se retrouve au-dehors.

III

Lorsque je t’ai vue à la lueur d’un soir,
J’ai fait semblant de ne pas m’apercevoir.
Que tu préparais ta libération,
Que tu essayais de quitter ta prison.

La seule chose sûre,
C’est que je n’eus plus peur du tout.
J’ai creusé le trou,
Déchiré la clôture.

Adieu mon amour !
Tu vas me quitter pour toujours.
N’oublies jamais
Que je t’aimais.

refrain no 3 :

Là-haut dans mon mirador,
Y’a plus de relève. Et l’amour me dévore.
Petite fille je me délivre
De ton sort en te donnant le droit de vivre.

Voris Bian 22 janvier 2012

 

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
Cette entrée a été publiée dans Mes créations musicales et poétiques. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire