Chanson des cathédrales

Vers où pointent les cathédrales ?

(chanson inspirée par un article paru hier sur Agoravox)

Moi qui ne suis qu’un pauvre athée,
Moi qui n’aime pas le cathé.

Moi l’ignorant en catéchisme,
Indifférent même au Grand Schisme,

J’aime beaucoup les cathédrales.
J’les aime d’un amour intégral.

J’me fiche des légendes colportées
Qui disent qu’elles seraient orientées

Vers la Mecque ou Jérusalem.
Les cathédrales, moi je les aime.

Dirait-on qu’elles s’inclinent au couchant,
Je trouverais cela touchant.

Auraient-elles le chœur au Levant
Je n’en irais pas moins rêvant…

Car moi qui ne suis qu’athée,
Moi qui n’aime pas le cathé,

Je contemple les hautes pointes
Sans me soucier vers où elles pointent.

Moi j’aime bien les cathédrales.
J’les aime d’un amour intégral.

Voris Bian

Le persifleur

I

Dans toutes les guerres y’a des butins.
Dans toutes les guerres y’a des mutins.

Moi je ferai partie des seconds.
J’srai pas commandant en second.

Partout où l’on croise le fer
C’est la mutinerie que je préfère.

Sur le Bounty, le Potemkine
Comme un Blanqui, un Bakounine,

La seule cause à laquelle j’adhère
C’est d’persifler la Der des Der

Et de siffler « le Déserteur »
En troubadour en amateur.

II

Dans toutes les guerres y’a des fusiliers.
Il y a aussi des fusillés.

Moi je ferai partie des seconds.
On me fusillera pas en second.

Partout, de l’Alsace à l’Anjou
Où des hommes vous mettent en joue,

Où l’on décide dans les bureaux
De lever la main des bourreaux,

Moi je sifflote allègrement.
Je souris même tendrement

Au frère de Brest ou de Saumur
Qui m’aligne contre le mur.

Voris Bian

 

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
Cette entrée a été publiée dans Mes créations musicales et poétiques. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire