Elle aguichait, guichets fermés

I

Elle aguichait.
Guichets fermés,
Elle aguichait.
Si bien formée

Que sur les planches
Ses seins faisaient un festival,
Et reléguaient toutes ses rivales
A l’état de bien tristes planches.

Refrain :

C’est le refrain
Où l’on ronge son frein
En attendant la suite
Parce on en a de la suite
Mais dans les idées surtout.
C’est le refrain qui se fout d’vous.

II

Elle aguichait.
Guichets fermés,
Elle aguichait.
Si bien formée

Que sur la scène
Toute autre forme était obscène.
Restait plus à ses concurrentes
Qu’à jouer les cruches et les marrantes.

(refrain)

III

Elle aguichait.
Guichets fermés,
Elle aguichait.
Si bien formée

Qu’elle régnait sur la libido.
Plus que les danseuses du Lido.
Elle aguichait, elle aguichait.
Les hommes se pressaient au guichet.

(refrain)

IV

Elle aguichait.
Guichets fermés,
Elle aguichait.
Si bien formée

Mais c’est ici qu’il faut une chute
Et je ne peux vous parler de rien
D’autre que de sa merveilleuse chute,
A savoir sa chute de reins.

(refrain)

V

Elle aguichait.
Guichets fermés,
Elle aguichait.
Si bien formée

Mais c’est ici qu’il faut une fin.
Et je vous laisse sur votre faim
En vous parlant pas de ses fesses.
Je garde çà pour la confesse…

(refrain final)

Voris 30 septembre 2011

 

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
Cette entrée a été publiée dans Mes créations musicales et poétiques. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire