Gaudriole

Entrez, entrez, dans mon antre,

les entraîneuses entrainantes
les entremetteuses metteuses
les entrepreneuses preneuses !

Entrez, entrez, dans mon antre

entreposeuses ou bien poseuses
de lapins ou bien d’entrechats,
entrez dans l’antre du pacha !

Entrez, entrez, dans mon antre,

Vous dans la porte ou la croisée
entr’aperçues entrecroisées
Venez vos jambes décroiser !

Entrez, entrez, dans mon antre

Ne restez pas dans l’entre-deux,
Montrez-vous plus entreprenantes,
Venez dans l’antre de chez moi !

Entrez, entrez, dans mon antre

Par le toit ou par l’entresol
L’entrefenêtre ou le sous-sol
Entrez par là où il vous chante.

Entrez, entrez, dans mon antre

Par la remise ou l’entremise
De mon portail entrebâillé.
Ne cherchez pas à pinailler.

Entrez, entrez, dans mon antre

femmes nues et entretenues
et gendarmettes en tenues.
Par vous mon haleine est tenue.

Entrez, entrez, dans mon ventre,

Me déclare sur ces entrefaites
Une créature fort bien faite.
Je lui ai crié « entrez ! Faites ! »

Entrez, entrez, dans mon ventre,

Insista-t-elle entre-temps
Alors j’entrai et j’entrai tant
Que la chose enfin fut faite.

Voris Bian 28 juillet 2011

 

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
Cette entrée a été publiée dans Mes créations musicales et poétiques. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire