Ils ont encore interrogé Roger

I

Ils ont encore interrogé Roger
Ils se sont arrogé le droit
de lui infliger la plongée
dans la cuvette, de l’immerger
Oui, c’est comme ça qu’ils l’ont interrogé, Roger.

Ils ont encore interrogé Roger
Ils se sont arrogé le droit
de l’obliger à s’asperger
D’urine et d’en avaler des gorgées.
Oui, c’est comme ça qu’ils l’ont interrogé, Roger.

Refrain :

Il a ce carré de ciel bleu, Roger
Qui lui fait oublier ses bleus, Roger
Et quand ils le privent de sommeil,
Lui s’envole vers le soleil.

II

Ils ont encore interrogé Roger
Ils se sont arrogé le droit
D’l’encager, de le grillager
Et de le priver de manger.
Oui, c’est comme ça qu’ils l’ont interrogé, Roger.

Ils ont encore interrogé Roger
Ils se sont arrogé le droit
De l’accabler, de l’affliger
De l’humilier, de l’outrager.
Oui, c’est comme ça qu’ils l’ont interrogé, Roger.

(Refrain)

III

Ils ont encore interrogé Roger
Ils se sont arrogé le droit
de ravager son potager,
de saccager ses orangers.
Oui, c’est comme ça qu’ils l’ont interrogé, Roger.

Ils ont encore interrogé Roger
Ils se sont arrogé le droit
de menacer de l’égorger
de mettre sa famille en danger
Oui, c’est comme ça qu’ils l’ont interrogé, Roger.

(Refrain)

IV

Ils ont encore interrogé Roger
Ils se sont arrogé le droit
de le corriger allongé
de le gruger, de le juger
Oui, c’est comme ça qu’ils l’ont interrogé, Roger.

Ils ont encore interrogé Roger
Ils se sont arrogé le droit
de le traiter en étranger,
de salement le dévisager
Oui, c’est comme ça qu’ils l’ont interrogé, Roger.

(Refrain)

V

Mais ils n’ont pas pu s’arroger Roger.
Car Roger s’était accordé le droit
de voyager même sans bouger
dans les beaux vergers de Tanger
Oui, c’est comme ça qu’il a gagné Roger.

Mais ils n’ont pas pu s’arroger Roger.
Car Roger s’était accordé le droit
de refuser de transiger
dans ses rêves de se ménager
des paysages enneigés.

(Refrain)

VI

Non ! Ils n’ont pas pu s’arroger Roger.
Car Roger s’était accordé le droit
de faire de sa geôle un QG
sans enrager sans déranger
C’est comme ça qu’il s’est évadé Roger.

Ils avaient tant interrogé Roger
Ils avaient tant brisé ses droits.
Qu’il a fini par s’alléger
Puis dans le ciel se prolonger.
Oui, c’est comme ça qu’il s’est sauvé Roger.

Voris Bian 11 juillet

 

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
Cette entrée a été publiée dans chansons - slams - humour poli politique, Mes créations musicales et poétiques. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire