L’homme aux colombes

I

Un homme qui n’avait qu’une jambe
Jouait de la viole de gambe.
Sur la terrasse d’un restaurant,
L’homme en jouait très simplement.

Sous ma fenêtre rue du Bac,
Un homme au cheveu poivre et sel
Jouait un air de violoncelle,
Une suite de Bach.

Refrain :

La suite, vous la connaissez.
On l’écoute seul ou en bande.
Jamais je ne peux m’en lasser.
De la gigue à la sarabande,
Et du prélude au menuet,
Cette suite me laisse muet.

II

Un homme au milieu des colombes,
Qu’on aurait dit Sainte-Colombe,
Jouait de la viole de gambe.
Debout sur son unique jambe.

A Paris quartier du Marais,
Il jouait comme Marin Marais.
Quand il faisait glisser l’archet,
On aurait tous dit qu’il marchait.

Refrain :

La suite, vous la connaissez.
On l’écoute seul ou en bande.
Jamais je ne peux m’en lasser.
De la gigue à la sarabande,
Et du prélude au menuet,
Cette suite me laisse muet

III

Mais un jour on n’a plus revu
L’unijambiste poivre et sel.
Qui nous avait tant mis en jambe
En jouant d’la viole de gambe.

Un jour l’homme s’est envolé.
Comme il ne pouvait pas marcher.
Il a posé son violoncelle.
Il joue maintenant de l’arc-en ciel.

Refrain :

La suite, vous la connaissez.
On l’écoutait seul ou en bande.
Nous ne pouvions nous en lasser.
De la gigue à la sarabande,
Et du prélude au menuet,
Cet homme nous laissait muet.

Voris Bian, 14 mai 2011

Hors-concours Eurovision 😉

 

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
Cette entrée a été publiée dans Mes créations musicales et poétiques. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire