Moubarak, la stratégie du pharaon

Moubarak a déclaré « je vais mourir en Egypte » et comme cela peut être long, les dégâts seront considérables avant que sa mort ne survienne. Le Raïs a ajouté hier « vous ne comprenez rien à la culture égyptienne ». Or, c’est tout le contraire, nous connaissons fort bien les traditions de l’Egypte ancienne dont une qui veut que le pharaon ne meurt jamais seul. Le pharaon doit être enseveli dans sa pyramide avec les gens qui l’ont construite.

Aujourd’hui, Moubarak a fait le choix de ne pas mourir seul. Il emportera dans sa sépulture des centaines, voire des milliers ou des dizaines de milliers de sacrifiés. On n’y peut rien, c’est la règle.

Son vœu ne sera accompli qu’en faisant durer les choses. Pour cela, il utilise des moyens de « sidération » des foules illettrées, leur faisant croire que les opposants sont de dangereux terroristes manipulés par l’Etranger. Les images qui passent à la télé sont soigneusement sélectionnées : on y montre surtout la ferveur des partisans du régime qui combattent « spontanément » les forces du mal. Le petit peuple ignorant majoritaire est sensible à cette propagande à laquelle il croit et il n’aspire, par peur du chaos, qu’à se remettre entièrement au chef. Il le suivrait dans la tombe. Justement…

Bien planifiées, les obsèques de Moubarak seront conformes à celles d’un grand pharaon. Les sacrifiés seront nombreux. Si la gloire posthume des pharaons est proportionnelle au nombre de sacrifices, Moubarak devrait figurer en haut du panthéon grâce à la guerre civile qu’il planifie et qui devrait être efficace dans une Egypte infiniment plus peuplée qu’aux temps antiques…

En Egypte « personne comment ça va finir » ? Si ! Moubarak, lui, sait ! Cela se finira, conformément à son dernier vœu, en obsèques pharaoniques.

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
Cette entrée a été publiée dans International. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire