Nouvelles stances à un cambrioleur

Alain Juppé semble avoir été nommé opportunément ministre de la Défense pour cacher les preuves de l’affaire Karachi dans laquelle il est aussi impliqué en tant qu’ex-premier ministre. Pour Villepin, « il n’y a pas de preuve formelle de rétrocommissions » vers la France dans ce dossier, mais seulement des « soupçons« . Apparemment il est déjà au courant que les preuves n’existent plus. ça va vite… Mais Sarkozy et Fillon remontent dans les sondages : ah ! les braves moutons électeurs de droite !

Chanson !

Prince des espions et de la cambriole
Toi qui n’eus pas le bon goût de choisir ma maison
Cependant que je colportais mes gaudrioles
En ton honneur j’ai composé cette chanson

Sache que je déplore ce mépris manifeste
Du contenu d’mon disque dur pourtant très important.
Toi qui chez les journalistes montras ta patte leste,
Tu dédaignes ma personne et c’est désobligeant.

Tu as sans doute jugé que je n’valais pas cher.
Délaissant dédaigneux l’implacable portrait
Que je cache de toi dans mes petites affaires.
Quel bon critique d’art mon salaud tu ferais

Autre signe indiquant tes incursions avares
Méprisant le courageux blogueur tu n’as
Pas cru bon de venir chercher au fond de ma guitare.
Tant de négligence confine à l’artisanat.

Pour toutes ces raisons vois-tu, je ne pardonne
Pas l’oubli de mes informations première main.
Ce que tu ne m’as pas pris, mon vieux, je te le donne
En espérant quand même ta visite demain.

D’ailleurs moi qui te parle, avec mes chansonnettes
Si je n’avais pas dû éviter le succès
J’aurais tout comme toi, pu virer malhonnête
Je serais devenu ton complice, qui sait…

Voris Bian
Derniers albums « Bribes de rêves », « Les Remaniés »

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
Cette entrée a été publiée dans chansons - slams - humour poli politique. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire