Dans les prétoires de Nantes

(sur l’air de « Dans les prisons de Nantes : voir texte original plus bas)

Dans les prétoires de Nantes
Y’a un juge prisonnier (bis)

Dans son réquisitoire
Dans son réquisitoire,
Il attaque son geôlier (bis).

Parce qu’il lui demande
Parce qu’il lui demande
D’appliquer que la loi (bis).

Il s’m’ontre assez habile
Il s’m’ontre assez habile
Pour pas être pendu (bis).

Mais s’il faut qu’on le pende
Mais s’il faut qu’on le pende
Sa langue aura déliée (bis).

Si la loi est muette
Si la loi est muette
Il veut de l’équité (bis).

Alors le juge alerte
Alors le juge alerte
La solidarité (bis).

On ne sait s’il arrive
On ne sait s’il arrive
A se faire écouter (bis).

Mais la cause était belle
Mais la cause était belle
Plus que celle du geôlier.

Et si je vais à Nantes
Et si je vais à Nantes
Moi je l’épouserai
Moi je l’épouserai.

Version originale : Dans Les Prisons De Nantes

Dans Les Prisons De Nantes
Y avait un prisonnier (bis)

Personne ne vient le voir
Personne ne vient le voir
Que la fille du geôlier (bis)

Un jour il lui demande
Un jour il lui demande
Qu’est-ce que l’on dit de moi (bis)

On dit de vous en ville
On dit de vous en ville
Que vous serez pendu (bis)

Puisqu’il faut qu’on me pende
Puisqu’il faut qu’on me pende
Déliez-moi les pieds (bis)

La fille était jeunette
La fille était jeunette
Les pieds lui a délié (bis)

Le prisonier alerte
Le prisionier alerte
Dans la Loire s’est jeté (bis)

Dès qu’il fut sur la rive
Dès qu’il fut sur la rive
Il se mit à chanter (bis)

Je chante pour les belles
Je chante pour les belles
Surtout celle du geôlier (bis)

Si je reviens à Nantes
Si je reviens à Nantes
Oui je l’épouserai
Oui je l’épouserai

Les faits (source Rue89) :

Obligé de dire le droit, Daniel Castagne, vice-président du tribunal de grande instance de Nantes, ne met pas pour autant son humanisme sous le boisseau.

Dans une ordonnance de référé rendue le 19 août, que Rue89 s’est procurée, le magistrat ordonne l’évacuation d’un campement illégal de Roms… et dresse un cinglant réquisitoire à l’encontre de la politique du gouvernement.

L’histoire commence le 13 juillet 2010. Le conseil général (PS) de Loire-Atlantique assigne en référé deux femmes roms, « occupantes sans droit ni titre avec caravanes et véhicules d’un terrain lui appartenant sur le territoire de la commune de Bouguenais, afin d’obtenir leur expulsion, au besoin par la force publique, en raison des nuisances causées à la population environnante ».

Les deux femmes se défendent en attirant « l’attention sur la spécificité de la communauté rom victime de discriminations et impuissante à accéder à un hébergement ». Insuffisant pour le vice-président du TGI de Nantes, pour qui « le propriétaire du site occupé irrégulièrement est indiscutablement fondé à revendiquer la pleine jouissance de son droit de propriété ».
« La carence de l’Etat »

La décision aurait pu s’arrêter sur cette considération purement juridique, mais le magistrat prend la peine de doubler la longueur de l’ordonnance. S’il ne remet pas en cause « les efforts réels et soutenus de l’accompagnement social géré par les organisations humanitaires et la collectivité locale », il fustige « la carence de l’Etat » :

« L’Etat s’abstient de prendre à bras le corps le traitement de cette extrême précarité de la communauté des Roms, chroniquement repoussée au jour le jour d’un emplacement à l’autre sans qu’une solution d’envergure ne soit envisagée au plus haut niveau en concertation avec les instances européennes.

Manifestement, cet impérieux devoir d’entraide et de solidarité ne semble pas être hissé à un rang prioritaire dans la hiérarchie des préoccupations des plus hautes autorités nationales.

Au contraire, la défaillance de la puissance publique est patente dans ce domaine et le traitement de la difficulté par la seule voie de l’offensive médiatisée et de la répression en apporte une singulière illustration.

Dans un tel contexte aussi lourd sur le plan du respect de la dignité humaine, l’office du juge se réduit ponctuellement à une touche de rapiéçage social pour tenter d’atténuer les conséquences abruptes d’une désocialisation dont l’Etat ne prend pas la mesure. »

Contraint d’ordonner l’expulsion des deux femmes roms, d’une troisième « intervenue volontairement » dans la procédure et de « tous occupants de leur chef » dudit campement, le magistrat ne peut leur accorder qu’un délai de deux mois pour quitter les lieux.

Mais Nicolas Sarkozy et son gouvernement, Brice Hortefeux en tête, pourront méditer ce long réquisitoire rendu « au nom du peuple français ».

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
Cette entrée a été publiée dans chansons - slams - humour poli politique. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Dans les prétoires de Nantes

  1. Mamouchka dit :

    Don-di-li-li-lon
    Don-di-don-di-li-li-li-lon …

    « Castagne », il aime la bagarre ?
    Longue carrière à lui !

    Mamouchka.

  2. Un nom prédestiné, il est vrai. Mais il est possible que ce soit en fait « Castagné ». En tout cas chapeau ! Je voulais mettre en avant cette action positive. Le slam ne doit pas seulement être négatif et dénoncer.

Laisser un commentaire