La révolution en chansons

La chanson révolutionnaire est un genre un peu oublié, surtout en ce moment où la variété – et pas seulement sarkoziste – se montre des plus envahissantes et où des genres nouveaux sont venus la supplanter ou prétendre la supplanter : rock, punk, rap, hip-hop…Mais, je reste attaché à la chanson révolutionnaire qui fait partie du patrimoine français. A travers Voris Bian, j’ajoute trois chansons à son répertoire, trois chansons en lien direct avec l’actualité brûlante.

Lien vers l’album de Voris

« Sarkozitude, je te vois » est le titre qu’a choisi Voris Bian pour cet album très engagé. Sarkozitude en référence aux sarko z’études du fils cadet, comme le montre d’emblée le premier titre de l’album. En clin d’oeil aussi au vocabulaire ridicule de la classe politique : la « bravitude » pour Ségolène Royal, et hier la « victoire » à laquelle le bon fils renonce. Une « victoire » dans le langage de cet homme, c’est une élection achetée par papa. Une victoire, ce n’est pas une chose remportée avec courage, talents et ténacité, sur la vie et sur les concurrents, non, c’est un cadeau de papa. Voilà comment on définit une victoire en terres sarkoziennes. Cela en dit long sur le traitement des valeurs et sur la vision déformée de ces gens de pouvoir sur la vie et sur la société.

Faut-il une révolution ? Je pense plutôt qu’il faut une contre-révolution !


C’est-à-dire admettre que Sarkozy a fait une révolution. Il a notamment fait sauter un tas de verrous que l’on croyait scellés à jamais comme la division entre droite et gauche. L’ouverture vient comme un tremblement de terre ébranler cette séparation idéologique qui n’a désormais plus beaucoup de sens. Sarkozy a aussi fait sauter un certain nombre de tabous : un président peut se montrer vulgaire et grossier en public (c’est très nouveau). L’hypocrisie bien-pensante de la gauche sur certaines questions (libéralismes, immigration…), a explosé plus vite que la ligne Maginot. Le tabou de l’argent et de l’opulence qui s’étale au grand jour ne connaît plus aucune limite de morale ou de décence. Etc.

Donc Sarko est bien l’auteur d’une révolution dans notre pays. Admettre cela (ce qui ne revient pas à considérer que cette révolution est bonne sur tout, loin de là) est quasi impossible pour la pensée de gauche qui se cherche désespérément et préfère courir vainement après le moyen de fonder une révolution sur quelques bases solides. Peine perdue, ce n’est pas la bonne démarche ! Par contre-révolution, j’entends donc la prise de conscience et la prise en compte, de la révolution introduite par Sarkozy dans les moeurs politiques et sociales de notre pays.

Une contre-révolution passe par le contrepied des valeurs et des exemples donnés par le pouvoir actuel. Ce contrepied s’inscrivant toutefois dans une stratégie constructive de réformes et pas en opposition stérile ou violente.

D’autres fois, il ne s’agit pas de défaire mais de poursuivre ou de faire réellement, de réaliser ce qui a été fait par Sarkozy mais de manière très insuffisante ou ce qui a été gâché par trop de précipitation ou d’idéologie libérale, de sarkocentrisme. Certaines réformes justifiées et nécessaires ont été gâchées et méritent d’être accomplies sur des bases plus réfléchies et mieux débattues : la réformette des institutions (la réforme territoriale risque de prendre le même chemin d’accouchement de souris) doit être reprise, la modernisation de services publics (il ne suffit pas de détruire à la hache des centaines de milliers de postes de fonctionnaires et de privatiser) doit se faire dans le respect des valeurs humaines. L’écologie doit être véritablement prise au sérieux et non pas instrumentalisée pour créer une taxe et pour des raisons électoralistes. Etc.

Mais revenons à la chanson ! Un premier album soumis à la modération de Jamendo comprenait deux de ces trois textes mais chantés sur l’air de la Carmagnole et de la Marseillaise. Finalement, j’ai choisi de composer mes propres musiques et l’on verra que cela convient mieux. On commence par un son rock nerveux bien en phase avec les mots décochés contre les Sarkozy (et Frédéric Mitterrand).

Pour conclure (n’oubliez pas les commentaires), voici quelques liens vers des chansons révolutionnaires :

A écouter : chansons révolutionnaires (les chants français sont en fin de page). On y trouve notamment le regretté chanteur engagé Berranger.


Des textes de chansons révolutionnaires : on y trouve aussi « Le Déserteur » de Boris Vian.



Site de chansons à écouter et replacées dans leur contexte historique : Y figure par exemple l’entraînant « Bella ciao, ciao, ciao ».

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
Cette entrée a été publiée dans chansons - slams - humour poli politique. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire